AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.

Aller en bas 
AuteurMessage
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Dim 26 Avr - 22:38

    I. PRÉSENTATION

    NOM :
    Fergusson;
    PRÉNOM (S) :
    Azrael ; Uriel.
    ÂGE :]
    vingt-huit ans
    SITUATION PROFESSIONNELLE :
    Photographe; pianiste à mi-temps dans différents cafés; pubs.
    HABITIEZ-VOUS NEW YORK AVANT LA DICTATURE ? :
    oui; à dire vrai j'y ai toujours vécu.
    SI OUI, AVEZ-VOUS QUITTÉ LA VILLE DURANT LES QUATRE ANS QUI ONT SUIVI LA DICTATURE ? :
    Non; pas le moins du monde. New-York est la ville où j'ai vu le jour; celle où j'ai grandi. J'y ai vécu mes plus grands bonheurs comme mes plus grands malheurs. Cette ville est mienne; elle a toujours été mienne. Et ça n'allait pas être un lâche tyran comme X qui me mettrait hors de chez moi. Ajoutez-y mon orgueil démesuré; je n'étais pas prêt de m'en aller.

    ÉVÈNEMENTS LES PLUS MARQUANTS DANS LA VIE DE VOTRE PERSONNAGE :

      DECES - âgé de sept ans
      Elle était là, accroupit face à moi, remettant pour la énième fois le col de ma chemise. Je dégageais sa main d'un geste las, plongeant mon regard lagon dans le sien, lui faisant comprendre que tout cela ne servait strictement à rien. Elle baissa les yeux, au bord des larmes, comme à chaque fois qu'elle posait son regard sur moi depuis quelques jours. Elle vint se placer derrière moi, peigne à la main, tirant en arrière mes superbes cheveux blonds. A travers le reflet du miroir, je la regardais s'appliquer, comme elle l'aurait fait sur une poupée, sur moi et mon allure. Elle était pitoyable, elle me faisait honte. Son dos voûté par le poids du chagrin, ses cernes et son visage pâle. Ce voile noir avec lequel elle cachait son visage au reste du monde ne suffisait pas à dissimuler les marques que son absence avait laissé en elle. Elle ne serait plus jamais la même et cela, au lieu de m'attrister, me faisait rentrer dans une colère noire. Pourquoi s'appitoyait-elle ainsi sur son sort ? Nous naissions pour mourir; c'était ainsi la vie; ne le savait-elle pas ? Je souhaitais qu'elle soit humble et ne ridiculise pas notre famille par cet submergement de tristesse qu'elle ne savait contrôler.
      Je levais la main pour lui signifier le geste d'arrêter et elle déposais le peigne sur la coiffeuse avant de quitter la pièce, sa longue robe noire caressant le plancher. Je m'approchais alors du miroir et regardais mon visage, impassible. Pourquoi ne ressentais-je rien ? Ils pleuraient tous sa disparition, si impromptue, tellement inatendue. Je tournais les talons et passais la porte. Je descendais les escaliers, laissant mes doigts gambader habilement le long de la rambarde. Je les regardais tous, assit dans l'entrée. Leur visage rougit par les larmes qui roulaient le long de leurs joues, les mouchoirs d'un blanc immaculé serrés dans leurs mains. Ma mère me prit la main, le visage baissée, soumise, et nous sortîmes les premiers du manoir, suivit par une assemblée en pleurs.

      Le cimetière était une grande étendue verdoyante, dominée par des centaines de croix aux allures morbides. Un cortège nous précédait, nous marchions au rythme d'une musique religieuse qui ne voulait rien dire pour moi. Du haut de mes huit ans, je restais neutre, le regard fixé sur le cercueil recouvert d'un linceul blanc. J'entendais derrière moi des chuchotements mêlés à des sanglots étouffés à l'aide d'un mouchoir ou d'une main. Nous nous arrétâmes brusquement et ma mère serra ma petite main dans la sienne. J'aurais aimé la soutenir, mais lorsque je levais les yeux vers elle, je ne ressentis qu'une vague de honte à la vue de ce visage décomposé. Elle était laide, déchirée par le chagrin. Je ne la reconnaissais pas et je retirais avec dédain ma main de la sienne. Elle ne sembla pas en prendre conscience et lorsque le curé se mit à parler, ses pleurs redoublèrent de plus belle, elle devenais presque hystérique. Ma grand-mère vint passer son bras autour de ses épaules et ma mère y enfouit son visage. Je posais mon regard ailleurs et écoutais d'une oreille distraite le dit curé prôner des absurdités alors que l'on laissait glisser le corps de mon père dans sa tombe. La cérémonie me sembla durer des heures. Je du ensuite serrer la main à des inconnus, qui s'inquiétaient pour moi et pour ma réaction quant à la mort de mon père. "Il est si jeune" ne cessaient-ils de répêter à ma mère, ce qui avait pour effet de la faire pleurer plus qu'elle ne l'aurait dû. On s'appitoyait sur notre sort, sur cette terrible tragédie qui s'était abattue sur notre famille, sur les conséquence qu'engendrait cette perte. Pensaient-ils que nous ne pourrions survivre sans lui ? J'avais envie de crier, d'hurler, leur dire d'arrêter leur simagrés. Mais je ne fis rien et me contentais de les regarder passer de mon regard vide. Ils quittèrent le cimetière et ma mère m'entraina vers la voiture. En chemin, elle s'arrêta et posa son regard larmoyant sur moi.

      CARRY : Tu vas bien ? s'enquit-elle.
      AZRAEL : Non. Tu me fais honte.

      Son regard s'élargit et elle ferma les yeux avant d'hocher la tête lentement. Elle tourna les talons, sans rien dire, et pénétra dans la voiture. Je la suivis et nous démarrâmes, laissant disparaitre petit à petit la croix sur laquelle était gravé le nom de mon père : Uriel Lucas Fergusson; aimé de tous.



      DIVORCE - âgé de vingt-six ans
      Le bruit d'un vase qui se brise avec violence sur le sol. Je m'appliquais à sceller, à l'aide d'un épais rouleau de scotch, un tas de cartons remplit d'affaires féminines. L'odeur qui en émanait; boisée; ne m'était pas étrangère et un nouveau bruit -une assiette- de verre brisé m'arracha un sourire alors que je donnais un léger coup de pied dans le dernier carton pour le mettre de côté. Je laissais tomber sur le dessus de ce dernier mon rouleau marronné et me dirigeais vers le bruit des talons qui martelaient furieusement le parquet. Je me laissais aller contre l'embrasure de la porte; admirant le spectacle qui s'offrait à ma vue. Olympe Elena Fergusson; avec une élégance indescriptible malgré la rage qui déformait ses traits; lacérait le papier peint à l'aide d'un couteau de cuisine. Je toquais à la porte; un sourire cynique accroché aux lèvres et entrais dans ce qui était autrefois mon salon mais qui ressemblait désormais plus à une ruine après l'apocalypse. Je m'approchais de mon ancienne aimée. Elle me fit face, son poing qui serrait l'arme tremblant sous mon menton. Avec une agilité qui la déconcerta, je me saisis de son poignet et y appliquais une légère pression qui lui tira un cri de stupeur, lui faisant lâcher ce qu'elle serrait entre ses doigts fins. Je relâchais ma prise et elle ancra ses yeux furibonds dans les miens, moqueurs. Soudain, sa main, autrefois caressante, vint gifler ma joue. Je restais impassible alors qu'elle tournait les talons pour s'éloigner; écrasant au passage les bouts de verre éparpillés sur le sol.

      OLYMPE : Va crever Azrael. siffla-t-elle avec acidité.

      Mon rire cristallin résonna dans la pièce quasiment vide et je la vis frissonner de rage avant de tirer une cigarette de mon paquet posé sur la table basse. Elle se laissa tomber sur le sofa de cuir noir, croisa les jambes et se tourna vers moi; sa mâchoire crispée par l'énervement que mon humeur joyeuse malgré les évenements provoquait en elle.

      AZRAEL : Evidemment, puisque tu n'es pas capable de le faire de tes propres mains. sussurais-je.

      Je me dirigeais d'un pas léger vers le fauteuil qui faisait face au sofa et m'y laissais tomber avec grâce. La distance qui me séparait d'Olympe n'était que minime et je la voyais déjà se ruer vers moi, s'apprétant à couvrir mon corps pâle de centaines de brûlures de cigarettes et cette idée; au lieu de m'effrayer; me tira un sourire. J'avais depuis longtemps prévu ce genre de réactions de la part d'Olympe. Elle n'avait jamais été réputée pour son calme et sa placidité, bien au contraire, ç'avaient été sa sauvagerie et son impulsivité qui m'avaient attirées chez elle. C'était d'ailleurs toujours le cas aujourd'hui, bien qu'une haine tenace s'était dressée entre nous deux. Notre histoire s'était détériorée lentement, mais avec violence. Nous avions d'abord esayé de passer au dessus de ces barrières qui s'étaient érigées pour nous séparer, mais cette dernière était bien trop imposante; et même avec la meilleure volonté du monde nous n'aurions pu y venir à bout. La passion avait été le maitre mot de nous relation; passion destructrice. On se complaisait à se faire du mal; ça nous faisait du bien et les réconciliations n'en étaient que meilleures. Nous avions été mariés quatre ans; quatre ans de passion, de désir ardent et de violence dans les sentiments, nous ne connaissions pas la demie mesure.

      AZRAEL : Tout de même; mes murs n'avaient pas mérités tel châtiment.
      OLYMPE : Sincérement désolée; j'imaginais ton visage sous la lame. rigola-t-elle acidemment en recrachant un épais nuage opaque.
      AZRAEL : Oh .. Charmant. lâchais-je en admirant mes murs.

      Olympe se mordit vivement la lèvre inférieure; tentant sans doute de retenir un hurlement. Elle n'avait jamais apprécié mon attitude stoïque lors de nos nombreuses engueulades. Et cette réaction la mettait encore plus en rage; ce dont j'avais parfaitement conscience et s'en était d'autant plus hilarant. Nerveusement; elle passa son épaisse chevelure ébène d'un côté de son visage et se pencha pour déposer la cendre de sa cigarette sur le parquet. Elle planta ses prunelles dans les miennes; je ne scillais pas. Elle hocha négativement la tête et se laissa aller contre le dossier du sofa.

      OLYMPE : Je suis las de me battre contre toi. Rien ne t'atteint jamais.
      AZRAEL : C'est un tout un art. Et tes cartons sont prêts. Alors si tu veux fuir, vas-y, je ne te retiens pas. me moquais-je.
      OLYMPE : Je ne fuis pas ! hurla-t-elle en se levant. Toi, toi tu as fuis en préférant oublier dans les bras d'une autre ! Tu as baissé les bras; tu n'es qu'un lâche Azrael ! vociféra-t-elle.
      AZRAEL : Olympe Elena Dickinson; ça sonne mieux. Tes cartons sont dans la chambre. lançais-je.
      OLYMPE : Lâche. J'enverrais les déménageurs demain. Adieu Azrael.

      Elle tourna les talons; laissa tomber sa cigarette qui roula sur le parquet jusqu'à ce qu'elle rencontre la semelle de son escarpin. Elle se saisit de son sac à main et de son manteau et se dirigea d'un pas vif vers la porte d'entrée de notre appartement. Avant que sa main n'ai fait claquer la porte derrière elle, je la rattrapais et plaquais son corps contre l'embrasure de la porte. Elle ne se débattit pas; ce qui ne me surprit pas. Je laissais mes lèvres se balader le long de son cou; avant de remonter jusqu'à ses lèvres. Je n'y déposais aucun baiser de reculais vivement, la libérant de mon emprise. Son souffle était heurté et son regard laissait entrevoir une once de passion derrière les barreaux de rage. Je lui souris; moqueur encore une fois.

      AZRAEL : Tu reviendras Olympe. Tu le sais aussi bien que moi.

      Ses talons frappèrent avec violence le sol; la porte claqua bruyamment et elle disparut à mesure que le bruit de ses escarpins dans les escaliers s'amenuisait.


Dernière édition par Azrael U. Fergusson le Ven 1 Mai - 2:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Dim 26 Avr - 22:45



    CARACTÈRE :
    Cynique; froid; distant; mystérieux; taciturne; stoïque;
    cultivé; moqueur; lunatique; paradoxal; asocial; franc;
    sarcastique; indépendant; impulsif; doux; compréhensif; perfectionniste;
    intolérant; insatisfait; volage; direct; manipulateur

    Un sourire irrésistible au bord des lèvres; une délicieuse malice au fond des yeux; un rire cristallin et une candeur juvénile à faire pâlir Peter Pan. Ou encore un sourire carnassier qui déforme son visage d'éphèbe; la moquerie et le cynisme qui se lisent au plus profond de ses yeux myosotis et un rire rauque, semblable à un grognement animal, le frère d'Hadès. Sa folie n'a d'égal que son lunatisme. L'homme au double visage; un jour tendre, l'autre violent. Ses caresses sont pareilles à de profondes entailles; il vous sourit puis vous dévore. Il aime tout le monde et personne à la fois. Il est un ange démoniaque, une douceur amère, il est le soleil qui éclaire vos nuit, l'obscurité de vos jours, votre meilleur cauchemar dans le pire de vos rêves. Tout en lui est paradoxe; et il serait dangereux à vous de vous y fier.

    Le trait le plus marquant de ma personnalité serait sans doute cette fâcheuse tendance au lunatisme. Ainsi; il est difficile de cerner mon caractère et de se faire une image nette et définitive du personnage que je suis. Je surprend; sans cesse. Il est rare que je sois le même homme; il est rare que l'on puisse prédire mes actes à venir. Je ne pense pas être quelqu'un de foncièrement méchant; bien que je me complaise à faire souffrir les autres. Néanmoins, il est évident que je ne me considère pas comme étant une personne facile à supporter et agréable à vivre. Il est ardu pour bon nombre de personnes de faire avec mon cynisme et cette fabuleuse tendance au sarcasme. Il m'est difficile, voir impossible, de m'émouvoir sur le sort d'une quelconque personne. La pitié c'est bon pour les faibles; et je hais cette façon ostentatoire de faire savoir que l'on s'appitoie, que l'on est ému d'une quelconque situation. Ca sonne tellement faux. J'ai en horreur les élan d'affection et je ne peux comprendre ce besoin incessant d'être apprécié, aimé. Bien entendu il m'arrive d'aimer; mais je ne peux aimer d'un amour dit "normal"; je ne connais pas la normalité. Pour moi aimer c'est un tendresse cruelle; une haine passionnée; tout en moi est paradoxe. Je ne peux m'attacher; réellement et définitivement; à quiconque. J'ai un insatiable besoin d'indépendance; voilà pourquoi je vole de femmes en femmes; cherchant le plaisir de bras en bras. Je ne supporte pas de me sentir enfermé; et selon moi; s'attacher à quelqu'un c'est déjà dresser un barreau d'une prison. Cependant; il serait stupide de me considérer comme l'un de ces hommes sexuellement accomplis mais intellectuellement retardés. J'aime à me cultiver; c'est un plaisir dont je ne saurais me lasser. J'apprécie surtout d'apprendre sur le genre humain, de sonder pour savoir de quelle manière agir, réagir, de façon à obtenir ce que je souhaite sans faire trop de vague. Certains appeleraient cela de la manipulation, je pense plutôt que c'est une manière comme une autre de se fondre dans la masse, de ne pas attirer l'attention. J'aime à cultiver le mystère qui plane autour de ma personne. Peu de gens savent qui je suis; un nombre certain ne le saurons jamais. Je ne m'entoure pas; ou presque pas. Je suis d'une nature perfectionniste; tant dans le travail que dans tout ce qui relève du social et il est compliqué de me satisfaire puisque mon niveau de tolérance et à son plus bas. Je suis un éternel insatisfait et je ne donne qu'une chance à l'Homme. Je ne suis pas Rousseau, d'après moi l'Homme est naturellement mauvais et rien ne pourra y changer quoique ce soit. Et cette vision de l'Homme me pousse à être un de ce personnages critiques; qui jugent souvent mais se trompent rarement. Je ne me gêne pas pour dire ce que je pense; je m'assume et assume complètement ce que je pense; il m'est donc aisé de cracher au visage de quelqu'un ses quatre vérités sans ressentir le moindre remord. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort; et une critique est toujours bonne à prendre;voilà ma vision de la chose. Bien entendu, ce genre de comportement m'attire rarement la sympathie et il m'arrive de me retrouver dans une bagarre. Je ne suis pas vraiment du genre à régler mes compte par les poings; les mots son nettement plus blessants, mais il est vrai que je n'hésite pas à répondre à une violence physique par de la violence physique.

    Je ne suis pas vraiment quelqu'un de fréquentable; n'est-il pas ?



    II. NIVEAU DE RP


    Mon oeil plaqué contre le viseur, cherchant l'angle, la lumière qui sublimerait ma photo. Ce chaos fait de tôles, de béton, de verre était le paysage parfait pour m'adonner à la photographie d'architecture. Le paysage actuel de New-York donnait lieu à des possibilités multiples au niveau artistique et c'était sans doute ce qui me réjouissait le plus dans cette reconstruction. Bien évidemment, c'était une nouvelle ère qui s'annonçait pour les new-yorkais; un nouveau départ après ces années de dictature. Le changement avait été radical; tant et si bien que j'avais encore du mal à en prendre conscience. La dictature avaitété une période d'horreur pour de nombreux habitants de la grande pomme; dont moi-même. Les souvenirs restaient ancrés malgré tout dans les mémoires; comment pourrais-je oublié les interrogatoires et les tortures que l'on m'avait fait subir. Je n'ai jamais été un de ces militants révolutionnaires; mais il m'arrivait de prendre quelques photos compromettantes ou de participer à quelques manifestations en tant que photographe et cette activité était considérée comme bafouant toutes les lois nouvellement établies. On me pensait entré dans l'engrenage révolutionnaire alors que je ne demandais rien d'autre que d'exercer une passion. Enfoirés.
    J'exerçais une légère pression sur le déclencheur et l'horizon tôlé vint se loger dans la pellicule. Je laissais lentement retomber mon argentique autour de mon cou et quittais l'immeuble en chantier dans lequel je m'étais engouffré. Une brise légère vint caresser mon visage d'éphèbe alors que je descendais gracieusement broadway. Je jetais rapidement un coup d'oeil à ma montre; j'avais rendez-vous dans quelques minutes avec mon avocat et celui de mon adorable ex-femme; cette garce tentait encore de me coller un procès sur le dos avec l'une de ces inventions sortie tout droit de son esprit malade. Une fois de plus elle manquerait son coup et je me délécterai de sa défaite. Un rictus amère vint étirer mes fines lèvres tandis que je passais la porte du cabinet d'avocats.



Dernière édition par Azrael U. Fergusson le Ven 1 Mai - 2:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience E. Delaney
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 17/04/2009

Who are you ?
MOOD: I'm happy. I guess.
JOB: Propriétaire du Old Yorkers
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Dim 26 Avr - 22:52

OH; bon sang. Je vais adorer détester ton perso ( L )

Bienvenue ma belle ! J'ai tout de suite su que c'était toi ( L )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Dim 26 Avr - 22:59

    MERDEE o:
    moi qui pensais passer incognito
    (j'aurais peut-être du changer de céléb' .. )

    détester azrael; mais pour quelle étrange raison ?
    il est doux comme un agneau et a le coeur sur la main (aa) ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience E. Delaney
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 17/04/2009

Who are you ?
MOOD: I'm happy. I guess.
JOB: Propriétaire du Old Yorkers
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Dim 26 Avr - 23:00

Peut-être xD
Bon, j'avoue, j'suis allée vérifier ton adresse mail au cas où (a)

Tu nous amènes du monde hein !

Oui, cest là tout le problème ! Un être si doux... très peu pour moi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
December E. Walsh
Admin
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 17/04/2009

Who are you ?
MOOD: Perfect
JOB: photographer
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Dim 26 Avr - 23:48

Haaan (aa) . Je t'aime - tu m'a manqué !
Azrael est photographe, comme Deez Very Happy . *out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Lun 27 Avr - 13:12

    Je vous aime les filles (ll)
    ça me fait plaisir de revenir;
    jvais tenter de ramener du monde (aa).

    (oui; j'ai vu ça; ça nous permettra de faire un lien azrael/deez (: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience E. Delaney
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 17/04/2009

Who are you ?
MOOD: I'm happy. I guess.
JOB: Propriétaire du Old Yorkers
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Lun 27 Avr - 17:10

Faudrait que tu postes chez AE; pour remonter notre pub (aa)
On t'aime aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Lun 27 Avr - 18:30

    Oui; pourquoi pas (a).
    Le seul truc qui va poser problème (à mon avis) c'est le design.
    les membres (de nos jours) s'attendent à qqchose de réellement bien fait;
    quasi parfait /: . Me permettez-vous de poster une commande sur AE ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience E. Delaney
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 17/04/2009

Who are you ?
MOOD: I'm happy. I guess.
JOB: Propriétaire du Old Yorkers
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Lun 27 Avr - 21:37

Je le trouve très bien, ce design', moi.
De toute façon, pour moi, c'est à Chloé de décider; c'est son design'. Agnès te donnera surement son avis aussi; on te tiendra au courant (=
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
December E. Walsh
Admin
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 17/04/2009

Who are you ?
MOOD: Perfect
JOB: photographer
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Lun 27 Avr - 22:51

Azrael U. Fergusson a écrit:
    Les membres (de nos jours) s'attendent à qqchose de réellement bien fait;
    quasi parfait /: . Me permettez-vous de poster une commande sur AE ?

Merci, j'y ai passé un moment !
J'aimerais tout autant laisser cette version deux semaine au minimum .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany Delfina Owens
Admin
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/04/2009
Age : 29

Who are you ?
MOOD:
JOB: Psychologue
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Lun 27 Avr - 23:24


    Bienvenue ma belle (L')

    et mon owens, alors, hein ? x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Mar 28 Avr - 6:18

    Oh non; moi j'y trouve rien à redire;
    c'était absolument pas méchant chlo' ;
    c'est juste qu'en parcourant quelques pubs sur AE;
    les remarques et critiques sur les designs sont nombreuses
    &souvent c'est ce qui fait couler un forum qui vient à peine de commencer /:

    marychérie (a)
    j'en avais marre d'owens ..
    mais fergusson est tout aussi bien (aa).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany Delfina Owens
Admin
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/04/2009
Age : 29

Who are you ?
MOOD:
JOB: Psychologue
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Mar 28 Avr - 9:38

    Je comprends x)
    Je sais, j'ai lu, et j'aime beaucoup <3
    Du moment qu'on ait un lien, je te pardonne ( aa )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
December E. Walsh
Admin
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 17/04/2009

Who are you ?
MOOD: Perfect
JOB: photographer
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Mar 28 Avr - 13:06

Non, je sais ^^ . Mais c'juste la manière dont la chose était dite qui m'a blessée sur le coup.
Mais s'il faut changer pour que les membres s'inscrivent, je suis d'accord.

&& au passage, owens est mort ou pas ? Ou je peux le faire parler dans des futurs messages ?
J'aime beaucoup le nouveau personnage Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désiré Noah Walsh
Admin
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 13/04/2009

Who are you ?
MOOD:
JOB: Enseignant
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Mar 28 Avr - 13:10

Bienvenue chérie Smile

Peut-être as-tu raison au niveau du design, mais c'est vrai que personnellement je ne sais rien faire du tout et je trouve celui de Chloé beau ; maintenant, sachant que nous sommes déjà habitués au forum et aimons son histoire, nous n'avons pas besoin d'un super giga top design pour vouloir rester, mais je pense comme toi qu'un style peut-être encore plus amélioré pourrait attirer plus de monde. Nous allons y travailler, de toute façon Wink

En tout cas c'est un bonheur de te retrouver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stonesandashes.forumactif.org
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Mar 28 Avr - 19:03

    Désolé de mettre mal exprimée /:
    &c'était juste une idée; je ne voulais pas que vous voyez ça comme une obligation (:
    'Gnès (LL)

    &owens n'est pas mort non;
    enfin c'est à votre bon plaisir (x
    si ça te plait de t'en servir au court de RPs je n'y vois aucune objection (aa).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrael U. Fergusson

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Ven 1 Mai - 2:25

    Je pense avoir terminé;
    désolé de ce post minable en rp;
    le caractère m'avait pris toute mon inspi (x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany Delfina Owens
Admin
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/04/2009
Age : 29

Who are you ?
MOOD:
JOB: Psychologue
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   Ven 1 Mai - 11:16

    C'est très bien (l)
    Je te valide (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.   

Revenir en haut Aller en bas
 
AZRAEL URIEL FERGUSSON - you'd rather not to meet me.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archiver vos RP
» Deborah + I'm a social vegan... I avoid meet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stones & Ashes :: YOUR CHARACTER :: Identity :: Présentations validées-
Sauter vers: